Discussions techniques

L'effet poulie, c'est étonnant non ? La force statique que doit supporter le relais est deux fois plus élevée en moulinette (assurage par le bas) qu'en rappel ou qu'en auto-moulinette !

C'est une réalité physique toute simple mais pas si intuitive, et qui est exploitée depuis des siècles dans les poulies de gréements de bateaux, ou dans les palans, mais que peu de gens connaissent, y compris parmi les grimpeurs. Et vous ?

Commentaires: 3
  • #3

    Marc (mardi, 08 mai 2018 11:26)

    Au relais, pour assurer le second, par le haut, il me semble qu’on peut utiliser un reverso de 2 façons, soit en le gardant attaché au baudrier avec la corde remontant à l’anneau du relais, soit en fixant le reverso au relais...Je me trompe ? Si je ne me trompe pas, avantage et inconvénient des 2 méthodes, et quand utiliser l’une ou l’autre ?

  • #2

    Marc (dimanche, 30 juillet 2017 09:42)

    Et puis d'un point de vue dynamique, la moulinette a l'avantage de limiter les efforts sur le point haut, à cause de l'élasticité de toute la longueur de corde montante.
    Donc sur les premiers mètres de redescente en réchappe, le point haut souffrira moins d'éventuels à-coups.

  • #1

    Marc (dimanche, 30 juillet 2017 09:37)

    C'est vrai !
    Mais attention, même si ça peut sembler représenter un inconvénient pour la moulinette, par exemple en cas de réchappe sur un point "fragile", il y a d'autres considérations bien plus importantes à prendre en compte pour le rappel et l'auto-moulinette dans ce cas :
    - tout d'abord celle qui consiste à toujours rester assuré par le second sur le brin montant dans les dégaines ;
    - et puis celle qui consiste à mettre en place un shunt (cordelette) entre son baudrier et la corde montante !
    Ces deux dispositifs sont indispensables pour éviter le retour au sol en cas de rupture du point de réchappe, que ce soit en rappel, en auto-moulinette, ou en moulinette !