Semaine raquettes en Andorre du 6 au 12 mars 2017

Pour voir les photos de Marc (cliquer sur le lien)

 

Jour 1 - Lundi 6

 

Retrouvailles à midi sur le parking  de Grau Roïg.

 

 

 

Nous sommes 15 participants.

 

Picnic dans la salle hors sac de la station, et nous chaussons les raquettes pour la 1ère sortie de la semaine vers le cirque des Pessons. Vent et brouillard nous accompagnent. Nous rebroussons chemin au lac Forcat. Quelques pertes de raquettes plus loin, nous sommes aux voitures. Nous emménageons à l'hôtel Ermitage à Meritxell.

 

 

 

Jour 2 - Mardi 7

 

Vallée d'Ingles Refuge de Siscaro

 

 

 

Légère erreur de trajet à la montée. Nous remontons une pente à 30 % dans laquelle nous faisons une trace pénible dans une poudreuse lourde et profonde : 200 mètres de dénivelé selon la police, 350 selon les raquetteurs. Bientôt, le refuge est en vue...100m plus bas. Un groupe de Bordelais - parti après nous - et arrivé avant nous (cherchez l'erreur), occupe déjà la place. Nous pique-niquons sur des sommiers métalliques, à l'abri du mauvais temps, mais les porteurs de GPS ne sont pas  à l'abri de la mise en boîte.

 

 

 

Jour 3 - Mercredi  8

 

Estany de Estanyo

 

644 m de dénivelé - 2h1/2 de montée. C'est la journée de la femme et le1er jour de beau temps. Montée tranquille et magnifique.

 

Pique-nique au bord d'un gros trou qui laisse apparaître le lac recouvert : " l'Estany d'Estanyo". Un moment de plénitude au soleil.

 

Puis descente dans les bois, et on se retrouve un peu plus bas autour d'un cours de nivologie et risque d'avalanche.

 

Puis, c'est la descente vers la vallée. Stop over super agréable sur les fauteuils du refuge Borda de Sorteni pour ceux qui ont voulu remonter un peu. Superbe journée !

 

Nous sommes à l'hôtel Ermita à 18 h : apéro moins 1 h.

 

 

 

Jour 4 - Jeudi 9

 

9h30, rendez-vous au Col d'Envalira.

 

Nous retrouvons Jacques Armengaud, Jacques Benos et JPierre Combes, venus passer la journée avec nous . Course de crêtes , dénivelé 530 m.

 

Journée au beau fixe, assombrie par une chute faite par Jacques Armengaud dans un  passage de rochers.

 

Bilan :

 

- une descente en hélico vers l'hôpital d'Andorre la Viella ;

 

- deux cotes cassées et une fêlée ;

 

- une série de points américains pour Jean Marie qui a pris une raquette de Jacques sur la tête et plus de peur que de casse.

 

 

 

Certains continuent la balade sur de jolies crêtes et corniches.

 

Pique-nique venté et rapide, et nous redescendons.

 

Sur le parking de l'hôtel, Marie-Jo nous propose une séance de stretching.

 

Nous visitons ensuite le monastère Santa Maria de Mertxell, patronne d'Andorre, qui surplombe notre hôtel.

 

Et la journée se termine au bar de l'hôtel avec les trois compères qui vont reprendre la route du Tarn. Voir la galerie des Stars pour terminer en beauté.

 

Ma mission s'achève là. Demain, c'est Marc qui prend le relai du journal.

 

Jour 5 - Vendredi 10

 

10 heures, après un bon petit déjeuner, départ en direction de Saint Julia de Loria, puis une très longue et sinueuse montée, un arrêt à l’accueil du magnifique parc Naturland pour récolter quelques informations, et durant lequel nous faisons quelques assouplissements, et c’est enfin le départ de la randonnée au bout de la route, à 2000 mètres d’altitude.

 

Nous quittons vite le parking, ses cars et ses moto-neiges fumantes, pour retrouver la pleine nature. On chausse sous un soleil radieux, direction le pic Négré, à 2700 mètres, soit 700 mètres de dénivelé. Yes !

 

Après la première montée, à 2100 mètres, un immense plateau nous offre ses splendeurs, dignes du Vercors…Mais il fait ici encore trop chaud !

 

 Après l’habituel et sérieux contrôle des DVA, nous finissons par quitter la piste damée, et nous attaquons une sérieuse et longue montée. Là, il fait 5 degrés, avec un peu de vent du Nord, et c’est le bonheur.

 

A 13 heures, nous voilà sur une croupe à 2600 mètres, il fait froid maintenant, et nous nous installons sur un espace d’herbe sèche pour déjeuner. Bon appétit !

 

A 14 heures, départ pour le point culminant à 2673 m, sur une crête entre Andorre et Espagne, dans un paysage grandiose.

 

Longue redescente sur une neige collante, où je ne manque pas de me casser la figure, pour une arrivée à 16h30, avec juste une énorme envie de boire une bonne cerveza !

 

Super balade. Vite à l’hôtel pour une séance sauna !

 

Les nouvelles de Jacques sont rassurantes.

 

 

 

Jour 6 – Samedi 11

 

 

 

Samedi matin, 10 heures, au col d’Ordino, 2000 mètres, vers le pic de Casamanya, 2750 mètres.

 

 

 

Quelques nuages font leur apparition aujourd’hui, avec à nouveau une chaleur pénible ici pour sortir de la forêt. Il fera plus de 20 degrés dans la vallée cet après-midi !

 

A 11 heures, après avoir difficilement suivi Marie-Jo qui marchait soit-disant lentement, on va maintenant attaquer le dur, avec une belle croupe bien pentue et un peu impressionnante.

 

Le premier raidillon à 2400 nous fatigue, et nous en profitons pour laisser passer devant nous un groupe de jeunes et trop bavards Toulousains, que nous retrouverons au sommet.

 

A midi et demi, à 200 mètres de notre objectif, après un passage délicat, le groupe se scinde en deux, et trois d’entre nous continuent un peu plus haut, à 2750, avec pour cadeau un magnifique panorama qui nous émerveille de ses innombrables sommets, et d’où il nous semble même apercevoir le Cervin et l’Everest…Mal des Montagnes ? En tous cas, c’est le bonheur !

 

Après une redescente ultra express, nous retrouvons le groupe, et entamons le long chemin de retour, pour une arrivée sans problème à 17h30 au sortir de la forêt. Une bienfaisante séance d’étirements vient clôturer cette splendide randonnée.

 

Une nouvelle séance de sauna et un apéro seront encore nécessaires pour nous achever pour la soirée !

 

 

 

Jour 7 – Dimanche 12

 

 

 

Après avoir apprécié le dernier petit déjeuner de ce très agréable hôtel, séance bisous, et nous nous séparons pour retrouver nos pénates et nous reposer un peu !

 

Une superbe semaine !