Week-end Cylindre du Marboré juin 2019

 

Week-end Cylindre du Marboré 8,9,10 juin 2019

 

 

 Après deux tentatives ratées, c’est notre troisième essai pour venir à bout du Cylindre du Marboré (3328 m). Depuis plusieurs années, le club de Castres tente de dompter « la bête » sans y parvenir. Mais cette fois-ci, les « sept mercenaires » Martine, Régis, Dimitri, Patrice, Patricia, Jean-Pierre, Brigitte sont déterminés à triompher du bastion par le côté espagnol. Après un long trajet depuis le Tarn, c’est l’attente d’un taxi privé à Torla (nous ne pouvons pas monter les voitures à Ordessa le parking est complet), arrivés à Ordessa, le cadre est magnifique, ce serait « l’un des plus beaux canyons d’Europe ». Nous longeons le rio Arazas, empruntons le passage par les chaînes, mangeons copieusement au refuge de Goritz, le lendemain, nous sommes prêts, à terrasser le monstre. Mais la météo, capricieuse, n’est pas en notre faveur. Arrivés au petit étang Glacé, le Cylindre se devine, il en impose, nous sommes impressionnés! Puis il se joue de nous et s’amuse à cache-cache sous un épais brouillard. « C’est foutu, on ne verra pas l’itinéraire » ! Nous renonçons, désarmés par le manque de visibilité, l’animal ne laisse pas apprivoiser si facilement ! Ce n’est que partie remise, nous reviendrons, l’année prochaine, c’est promis !!

Plan B ? Pourquoi pas le Mont perdu, juste en face, la « grande sœur » du Cylindre mais en plus docile. Les conditions sont hivernales : froid, crampons et piolet. Depuis l’étang Glacé, c’est 340 m bien raides, qu’il reste à gravir pour atteindre le sommet (3355 m) mais la trace est bien marquée, les Espagnols sont nombreux. Perdus au sommet du mont, dans le brouillard, Régis est heureux, il pétille “c’est l’un des plus beaux des Pyrénées ». Nous ne voyons rien mais nous sommes d’accord… c’est un sommet qui se mérite.

Le lendemain retour par la Faja de Pelay, c’est un beau chemin en balcon, presque à l’horizontale, qui domine le canyon d’Ordessa. De là, on aperçoit les trois sœurs (cylindre du Marboré, Mont Perdu et Anisclo) qui s’effacent en cheminant tandis qu’un panorama grandiose s’ouvre sur la vire des fleurs et la cascade du cirque de Cotatuero. Au bout de la Faja de Pelay, le mirador de Calcilarruego, qui indique la descente vers le parking d’Ordessa. Et là commence le sentier des chasseurs, le sentier des raideurs, le sentier des douleurs, c’est 640 m presque à la verticale que l’on n’oubliera pas !

 

Merci à Régis l’organisateur de ce superbe week-end !

 

Brigitte