Camp d’été 2014     La Fouly   Valais   Suisse


C’est à La Fouly, à 1600 m d’altitude, dans le Val Ferret Suisse sur le versant sud-est du massif du Mont Blanc, que nous avions installé notre camp d’été du 7 au 19 juillet.

Il valait mieux ne pas avoir oublié vêtements de pluie et poncho lors de cette première semaine réservée à la randonnée. Nous avons pu admirer le brouillard et la pluie au col du Grand Saint Bernard, le grésil, la neige et la tempête au Grand Col Ferret, les vaches fantomatiques des alpages valaisans, les randonneurs hollandais ou coréens tous trempés du Tour du Mont Blanc, les courageux coureurs du trail Verbier Saint Bernard et le plafond  désespérant bas ; mais comme le dit si bien notre président, cela ne nous a pas empêché de nous livrer à l’activité de notre club : la randonnée tous temps, tous terrains.

Le beau temps tant attendu est enfin arrivé la deuxième semaine. Nous découvrions alors les magnifiques sommets nous entourant, tous saupoudrés d’une couche immaculée.

Nous en profitons pour monter à la Cabane de l’A Neuve à 2730 m où nous sommes accueillis par la sympathique gardienne, monitrice de ski l’hiver, qui n’est autre que la maman de Jules Henri Gabioud, vainqueur du trail couru deux jours avant dans le froid et le brouillard en 14 h35 pour 111 km et 8600 m de dénivelé positif, un autre monde !

Au petit matin, la température est douce et nous nous préparons sur la terrasse du refuge en profitant du spectacle. Les hautes cimes s’embrasent au soleil levant. Le Mont Dolent, les Aiguilles Rouges, le Tour Noir, l’A Neuve passent des couleurs froides aux couleurs chaudes. Dans une atmosphère très pure, pourpre, lilas, rouge orangé, jaune orangé, jaune éblouissant illuminent notre montée vers le col de La Grande Lui. Il ne nous reste que quelques rochers à escalader pour atteindre le sommet à 3509 m. Là, Jacques, Jean Marie, Martine, Valérie, Guy, Patrick, Armand, Jean Pierre, Alain et Jacques peuvent admirer le splendide paysage. Plus bas, c’est la Cabane de l’A Neuve, perchée sur un rocher, comme flottant sur son ile au milieu de la mer de nuages ; à l’ouest le Mont Dolent, énorme canine marquant la frontière entre les trois pays : France, Italie et Suisse ; au nord, l’Aiguille d’Argentière et le Chardonnet, et au sud, le massif du Grand Paradis.

Deux jours plus tard, c’est la montée au refuge du Vélan. Depuis Bourg Saint Pierre, sur la route du Col du Grand Saint Bernard, nous remontons le vallon champêtre de Valsorey jusqu’à la magnifique et confortable cabane du Vélan, à 2642m d’altitude. La vue sur le massif du Grand Combin est extraordinaire, nous profitons de la soirée pour suivre le lent déplacement de l’astre solaire et les changements de teinte jusqu’à l’extinction totale.

Le lendemain, sous un ciel parfaitement bleu, nous sommes 3 cordées, Jacques, Valérie, Alain, Jean Pierre, Armand et Jacques à atteindre le sommet du Mont Vélan à 3727 m. Le panorama est sensationnel, 360° de merveilles, une vie d’alpiniste s’offre à nos yeux : le Mont Blanc et les Grandes Jorasses,  le Grand Combin, le Mont Rose, le Cervin, le Grand Paradis, et des centaines d’autres sommets.

Et c’est sur un si beau panoramique que s’est achevé notre camp d’été 2014.