Camp d’été à Arrens (juillet 2020)

 

Camp d’été à Arrens-Marsous  Val d’Azun 5 juillet - 10 juillet 2020

 

 

Pour notre retour dans les Hautes-Pyrénées du Val d’Azun, nous nous sommes installés au camping La Hèche d’Arrens pour 9 d’entre nous et en gîte pour les 9 autres personnes.

 

La semaine a bien commencé par une belle balade jusqu’au lac du Plaa de Prat à partir du lac d’Estaing. Dès le lendemain, petits et grands montent en direction des lacs de Batcrabère sur le très beau sentier le long du lac de Suyen. Premier arrêt pour admirer la toue de Doumblas, cabane traditionnelle de berger qui, d’après Henry Russel, vaut le plus bel hôtel du monde. Nous admirons le magnifique jardin naturel du Claou aux fleurs multicolores et nous parvenons au refuge de Larribet pour la pause pique-nique. Certains adultes continuerons jusqu’aux lacs de Batcrabère mais la présence d’enfants de 7 à 12 ans aura permis une réduction drastique de la moyenne d’âge. Est-ce la relève tant attendue ?

 

La météo est excellente et toute la troupe se lance à l’assaut du Pic de Bazès à l’altitude modeste mais au point de vue exceptionnel. Au cœur des landes à rhododendrons et myrtilles, ce « pain de sucre » local aux marches de géant permet d’admirer une grande partie de la chaine pyrénéenne, du Néouvielle au Balaïtous.

 

Pour les plus aguerris, l’objectif du lendemain se nomme le Grand Gabizos, 2692 m. La rude montée depuis la route entre Soulor et Aubisque nous amène à la cabane de Larue, plantée au milieu d’une prairie abondamment fleurie. La remontée du vallon, entre éboulis et névés, nous permet de prendre de l’altitude jusqu’au Col de Pène Blanque. Il ne reste que l’arête à parcourir à toute crête jusqu’au sommet du Gabizos, d’abord sur de belles dalles aériennes de calcaire blanc, puis par une escalade facile sur des rochers rouges brun. Le sommet est un enchantement : le Vignemale, les Pics d’Enfer et le Pic du Midi d’Ossau sont à portée de main. Juste au-dessous de nous, la cabane de Bouleste sur son plateau pastoral est survolée par les rapaces. Nous retournons au col pour un pique-nique bien mérité avant la longue descente de 1400 m. Les sommets se couvrent soudainement lors de notre petite pose à la cabane de Larue, puis c’est rapidement une pluie fine et rafraichissante qui nous accompagne jusqu’à nos véhicules. Dès que nous sommes à l’abri, les éléments se déchainent et le cirque du Litor s’illumine comme un 14 juillet (mais nous ne sommes que le 9).

 

La météo se dégrade vraiment et il en est terminé pour les sorties avec vue. Brouillard et pluie sont au programme, ce qui nous permet, c’est bien connu, de compenser par un bon repas convivial et bien copieux réunissant tous les participants ravis de cette semaine au cœur du Val d’Azun.

 

Martine, Bernadette, Marie-Cécile, Hélène, Elise, Nelly, Marie, Monique, Guy, Jean-Michel, Jean-Paul, Laurent, Jacques, Maël, Romane, Baptiste, Sacha et Chloé.

 

Jacques B