52 Rando itinérante dans Le Dévoluy du 1er au 6 octobre 2017

 

Nous sommes 5 au départ de Castres pour une semaine de randonnée itinérante pleine de surprises dans le Dévoluy, ce petit massif de 150 km2 situé entre Vercors et Ecrins.

 

 

Dimanche 1er octobre : Première incursion sur les hauteurs du vallon de La Jarjatte. Si les sommets demeurent désespérément accrochés, nos yeux sont captivés par les couleurs d'automne qui flamboient. A 13h -c'est inespéré- la barrière Ouest du Dévoluy se dégage -haro sur les appareils photo- pour croquer un impressionnant décor de crêtes effilées et de sommet déchiquetés : le Grand Ferrand, le Rocher Rond, la Tête de Vachères, le Roc de Garnesier, que nous franchirons demain par le col des Aiguilles.

 

Nous poursuivons notre pérégrination sur le rebord des falaises de la Montagne de Paille pour gagner Point Feuillette, jolie petite montagne pyramidale où nous reconstituons une partie de notre chevauchée de l'an dernier dans le Vercors (le Mont Aiguille, la montagne de Glandasse, le sommet de Toussières, le Mont Jocou ...). Un petit peu de bartasse dans le fond du ravin de l'Aiglaire nous ramène à notre gîte.

 

Distance : 16,7 km, D+ : 1 110 m, D- : 1 120 m.

 

 

Lundi 2 octobre : En route pour le col des Aiguilles, entrée en minéralité. 6 bouquetins nous toisent avant qu'un arc-en-ciel nous souhaite bienvenue en Dévoluy. Après un crochet pour contourner l'impressionnante falaise de Saute-Aure qui entrave le fond du vallon, faire le point s'impose : il faut absolument donner un nom aux nouvelles barrières rocheuses qui nous entourent : la montagne de Faraut, la montagne de Saint Gicons, tout au fond le vieux Chaillol, la tête d'Aurouze, et repérer nos déambulations à venir. Nous sommes fascinés par la minéralité du plateau de Bure et de sa combe de la Cluse, toute farcie d'éboulis calcaires.

 

Distance :  15,6 km, D+ : 920 m, D- : 700 m.

 

 

Mardi 3 octobre : Aujourd'hui est une journée d'approche du plateau de Bure que nous attaquerons par sa faille sud : la combe d'Aurouze. Nous cheminons à flanc de vallée mais toujours avec de très belles perspectives sur la forteresse Bure et ses bastions avancés : la tête d'Aurouze, la Tête de la Cluse, la Tête de Pras Arnauds, nous émerveillant du contraste entre l'étage végétal : les fleurs multicolores du hameau de la Montagne qui ennivrent Monique, la forêt toute rousse des Sauvas, et l'étage minéral.

 

Distance : 20,7 km, D+ : 480 m, D- : 530 m.

 

 

Mercredi 4 octobre : La journée la plus sportive de la semaine. Une approche boisée, quelques pentes d'éboulis traversées, une série de banquettes rocheuses remontées, un vallon minéral avalé et nous prenons pied sur ... la lune, accueillis par les tournesols de métal géants de l'observatoire du plateau de Bure. Perché entre 2 500 m et 2 700 m, défendu de tous côtés par de vertigineuses falaises, le plateau de Bure nous transpose dans un paysage de science-fiction. Echappée au Pic de Bure, le 3ème sommet du Dévoluy, où la vue s'ouvre sur le massif des Ecrins : lecture de paysage ... avant une précautionneuse descente en versant nord par les combes Ratin et de la Corne. Un arrêt s'impose en cours de route : cet itinéraire a justement été étudié lors d'un stage neige avalanche suivi par Jean-Marie !!! Révision ...

 

Distance : 18,6 km, D+ : 1 410 m, D- : 1 460 m.

 

 

Jeudi 5 octobre : Un temps splendide nous invite à la flânerie et nous permet d'assembler les pièces du puzzle Dévoluy : 2 barrières rocheuses N/S encadrées par des géants de pierre : le Pic Pierroux au NE, le Pic de Bure au SE, la Tête de l'Obiou au NW, la Tête de Garnesier au SW. Nous décidons de rallonger l'étape en contournant la Montagne de St Gicons par un système de vires, surplombés par les 600 m de falaises verticales des Grand et Petit Bréchon, qui nous rappellent les Dolomites. Un petit tour à la grande Gillarde, la 2ème résurgence de France après Fontaine de Vaucluse, clôture cette journée bien remplie.

 

Distance : 21,2 km, D+ : 880 m, D- : 1 1440m.

 

 

Vendredi 6 octobre : Un vent glacial nous transporte au col Charnier par le vallon du même nom dont le plafond s'abaisse. Le jeu des nuages et du soleil dépose de belles couleurs sur les têtes surplombantes quand elles veulent bien se laisser entrevoir : Roche Courbe, la Tête de Plate Longue, le Grand Ferrand, la Tête de Vallon Pierra, la Tête de Lauzon ... Au col Charnier, la dyssimétrie est saisissante entre le versant Dévoluy débonnaire, verdoyant et dégagé, et le versant La Jarjatte accidenté, minéral et tout embrumé. La température s'abaisse, la troupe accélère, tout droit dans les pierriers, pressée de se mettre au chaud au gîte de La Jarjatte.

 

Distance : 18,8 km, D+ : 1 160 m, D- : 1 010 m.

 

Et si l'aventure vous tente, les très accueillants hébergeurs de cette contrée fascinante vous attendent : www.les-gites-du-devoluy.com

 

Christine