7 VALIER : CIRQUE DE CAMPULS, CABANE DU TAUS. COL DE PECOUCH, DALLES DES LAUZETS, ETANG DU CRUZOU, VALLEE d'EYCHELLE, COL D'AUEDOLE, retour.


jeudi 14/07 :  La météo n'est pas mauvaise, mais les sommets seront "accrochés", encore une fois... Une fois encore, nous ne résistons pas à l'appel des cabanes, et en particulier de celle du Taus, que nous allons tester pour de futures virées. 
Nous revoilà dans le secteur de Bethmale et du Valier; Cette fois, nous allons parcourir le petit cirque de Campuls; tout au fond, nous croisons la cabane du berger ( 1390m), ouverte, petite, mais bien équipée . Au centre du cirque nous pouvons admirer la superbe cascade qui tombe de l'étang d'Ayes, elle profite des pluies de ces derniers jours elle est en pleine forme ! A partir de là, fini de rigoler il va falloir montrer dans la brume, d'une certaine façon c'est aussi bien, il fait moins chaud ! Nous croisons des randonneurs qui descendent et qui nous rassurent en nous disant que la cabane est fermée. Nous en avons entendu bien d'autres, faudra s'adapter... nous voila à l'étang,  décor de brumes sur le superbe déversoir, une tente de pécheur se noie dans cette atmosphère un tantinet britannique, notre ami Jean a des fourmis dans les jambes et il  disparait à dix métres au dessus de nous. Petite pose à un col à 1925m il n'est pas nommé sur la carte, ce qui nous donne l'occasion de nous positionner. Finalement la brume se lève et nous permet de nous situer à l'aide du relief :  un col précis à l'ouest, des cabanes un petit étang, il n’en faut pas plus. Col de Laziès 1835m nous sommes sur le GR 10 par temps de brouillard, çà peut être utile. Nous cheminons à flanc quelques 1000m au dessus du chemin qui mène au refuge des Estagnous. Deux kilomètres plus loin et à 1892m, nous quittons le GR pour suivre les traces jaunes qui vont nous amèner à la cabane du Taus 1890m. Elle est bien là, elle est ouverte, et nous sommes seuls, pour l'instant. Un abreuvoir coule abondamment à côté, il ne reste qu'à remplir la corvée de bois que nous n'avons pas pu remplir durant la montée. Quelques rodos vont nous servir à faire en plus une bonne action car il ne fait pas trop froid du moins en ce début de soirée. Un apéro au cèpe (victime de l'œil affuté de Brigitte) cru, que demander de plus ! (Pour ceux qui ne connaissent pas, les champignons jeunes et frais sont particulièrement gouteux crus, avec un peu d'huile d'olive, un peu de sel et éventuellement, un filet de citron.). Après un bref "briefing", nous choisissons d'abandonner le sommet du Valier pour privilégier une virée par les Dalles des Lauzets.

Vendredi 15/07 :
Un sentier jaune ne figurant pas su la carte nous conduit en direction des étangs de Milouga puis d'Arouech (1971m) de là, une assez longue montée dans des dalles parfois équipées de marches en ferraille style via ferrata nous attend.  Deux patous nous ont repérés, mais ils en restent là; ce qui nous permet de continuer sur ce granit strié, aux dessins surprenants. Quelques clients du refuge nous croisent en descendant, le sol est encore mouillé il est peut être plus sûr de monter.  2462m, col de Pécouch deux cents mètres en dessous, le refuge des Estagnous légerment sud-est le Valier. Un petit détour jusqu'au sommet tout proche du Cap de Pouech nous donne l'envie de faire l'arête une prochaine fois. Puis arrive le brouillard, ce n'est pas le meilleur temps pour aller sur ce terrain lunaire entrecoupé de failles plus ou moins profondes  qui peuvent réserver de mauvaises surprises. En fait au contraire, dans le creux d'un petit ravin quelque peu herbeux, ce sont les isards qui nous attendaient . Etonnant dans cette zone de dalles rugueuses, mais rencontre bien agréable. Aprés avoir franchi un certain nombre de petites "montagnes russes", nous parvenons sur la croupe que nous descendrons jusqu'à l'étang du Cruzous sous le col du même nom et qui délimite le début de l'arête des Antiques, sur laquelle nous cherchons en vain des alpi rencontrés la veille à la cabane du Taus. C'est le moment d'un casse croute attendu au prés de l'étang. Le long retour commencera là. Nous rejoignons la cabane des Espugues siège d'une nuit humide il n'y a pas bien lontemps, montée au col de la Crouzette encore un coup dans les brumes qui perturbent les repères. Nous franchirons le seul petit névé qui reste dans une muraille plein nord, pour rejoindre dans un écrin plus que vert la cabane d'Echeylle et croiser les bergères de la cabane des Espugues, qui ne  perdent pas de temps pour nous relater les blagues de certaines de leurs brebis. Si vous vous baladez près du Valier une des brebis à un cœur de laine sur le flanc (c’est la brebis préférée de la bergère !). Retour au  col d'Auédole au dessus du cirque de Campuls  traversé la veille, la boucle est bouclée ! Une dernière descente bien raide et c'est fini pour cette fois, sauf si nous retrouvons des champignons  sur la piste du retour. Pas de chance cette fois mais nous avons fait le plein de fromage, on ne peut pas tout avoir. (Présents à la sortie : Brigitte, Christine Capmau, Jean Bouyssou,  et christian Vilettes)

Christian.