58 Semaine sur le GR5 septembre 2018

 

Semaine sur le GR5 du 19 au 26 septembre 2018, sur les traces du GR5 (suite)

 

Retour le 19 septembre à Névache d'un groupe de cinq (Patrick, Marie Cécile, Jean Marie, Jean et moi-même) pour repartir sur le GR5 qui traverse les Alpes.

 

Départ de la vallée de la Clarée pour atteindre dans la vallée Étroite le refuge de Re Magi. Montée dans la forêt... premier obstacle : traverser le lit du torrent du Roubion (sans eau visible) complètement éclaté à cause de gros orages printaniers. Une pelle mécanique est à l’œuvre pour remettre de l'ordre. Forêts d'où pointent de hautes cheminées de fée (ou demoiselles coiffées), érosion encore. Accédons au plateau, au col de Thunes avec son petit lac à 2194 m : premiers pâturages avec troupeaux mais surtout panorama grandiose sur les Alpes et sa ligne frontière franco-italienne. Arrivée au refuge du Roi Mage au pied des Trois Rois Mages ... Splendide !

 

Continuons notre cheminement jusqu'au fond de la Vallée Étroite pour accéder à son col 2434 m et passer en Savoie. Le refuge du Thabor 2502 m est là, rayonnant. Non gardé, déjà, mais avec toutes les commodités : eau, gaz, vaisselle, électricité, poêle à bois efficace, et bois à disposition ! Merci le CAF ! Soirée conviviale autour d'une daube de sanglier...

 

Que de la descente ou presque pour se rendre au gite des Tavernes en haut de la station de Val Fréjus. Une multitude de marmottes bien grasses nous accueille avec leurs sifflements, les Tarines et les Abondances nous regardent passer sans cesser de brouter les dernières fleurs des pâturages.

 

Forêt pentue encore, où Patrick seul devant a aperçu un cerf. Retour à la civilisation avec la traversée de Modane. Rude grimpette 700 m parmi les pins sylvestres cembro larrisio ... Belle leçon de botanique ! Arrêt pique-nique sur un tapis de pignes de pin. Au-dessus de nos têtes nous assistons à un combat aigle corbeau ! Enfin nous apercevons au milieu d'un vallon les chalets d'Orgères (on ne peut mieux restaurer) et le refuge 1935 m bien bruyant... une route y accède. Heureusement le soir venu il ne reste que notre groupe pour partager ce lieu... avec les cerfs qui viennent bramer.

 

C'est dans un silence religieux que frère Patrick (voulant surprendre les cerfs) nous fait reprendre notre course à travers les bois... Puis nous remontons vers les alpages ponctués de belles bergeries. Au col du Barbier 2287 m, changement de décor : la descente se fait dans les myrtilles pourpres charges de fruits, mais, dommage, la récolte ne peut se faire ! Remontée sur le plateau du Mauvais Berger où coulent entre rochers, pelouses de nombreuses rigoles. Vue plongeante sur les barrages Plan d'Aval plan d'Amont que nous atteignons pour filer le long du ruisseau de St Benoit au refuge du Fond d'Aussois installé dans un écrin de 3000 : Pointe de l'Observatoire de l’Échelle, la Dent Parachée... Que la montagne est belle ! La soirée fut animée : un groupe de 30 gamins venait expérimenter une nuit en refuge !

 

Dernière journée et pas des moindres car il faut descendre de 1500 m pour arriver a Termignon, le terme de notre balade. Très beau sentier en balcon au dessus de la vallée de l'Arc. Un chamois (enfin un) nous nargue en cavalant dans la pente et premières edelweiss. Cela ne dure pas. La descente sous la Dent Parachée s'avère compliquée, érosion oblige. Les ruisseaux de Bonne Nuit et de l'Ouille n'ont plus de lit. Avalanches et orages ont tout bouleversé... Mais le bartassage nous connait, nous nous dégageons de cet enchevêtrement de caillasses d'arbres de bois mort. Ouf, terminus !

 

Bravo à toute l'équipe pour ces moments de partage. Merci à Patrick, l'organisation était parfaite, les refuges ou gites aux petits oignons... A quand les prochaines étapes ???

 

Janine