69 Semaine à Estavar février 2019

Séjour à Estavar (Pyrénées Orientales), entre Font-Romeu et Puigcerda, en Cerdagne

 

du samedi 23 février au soir au samedi 1er mars au matin.

 

 

 

Par ordre d’entrée en scène : Martine, Guy, Elise, Carole, Christophe, Colette, Jacques, Patrick, Brigitte, Monique et Jean-Michel.

 

 

Nous étions entre 5 et 9 pour profiter de randos variées en raquettes ou ski de rando, du châlet idéalement situé face aux montagnes et d’une bonne ambiance, le tout avec un temps splendide.

 

 

 

Les journées se déroulaient à peu près sur le même tempo : levés vers 7h, réveillés par le doux parfum du pain grillé et du café préparés par Guy, départ vers 9h pour une journée en montagne, retour vers 17h (19h au plus tard pour faire quelques courses et/ou flâner), goûter et/ou apéro, selon l’heure, dîner vers 20h préparé chaque soir par une équipe différente, parties de Ramy, Tarot, papotages et dodo bien mérité. J’oubliais les séances d’étirement et la découverte des spécialités sucrées catalanes : rousquilles, croquants, bougnettes, coques…

 

 

 

Samedi : départ de la station de ski de fond espagnole de Guils Fontanera - 1 900m d’altitude « A la recherche de l’Etang de Malniu »

 

Assez de neige pour démarrer rapidement raquettes au pied. La principale difficulté était de s’orienter avec un gps qui avait le tracé mais pas de fond de carte… Inutile de dire que nous avons fait quelques boucles, tombés (au sens propre) dans des gros pierriers, pique-niqué au soleil et rentrés à la voiture sans avoir vu le lac mais heureux de cette mise en jambes.

 

12,730 km   445m dénivelé   6h avec arrêts

 

 

 

Dimanche : départ du parking du pla des Avellans 1 700 m d’altitude (sur la route du lac des Bouillouses, le long de La Têt) pour rejoindre le lac d'Aude (source de l’Aude), route des Bouillouses, Lac Long et Lac Noir.

 

Belle boucle dans la forêt pour cette journée en raquettes qui nous amène par un chemin parfois escarpé, de l’est du lac des Bouillouses à son ouest. Nous avons trouvé les lacs J. En face de la chaîne du Carlit, le grand jeu était de savoir où il se situait…

 

15,8km  633m dénivelé  6h50 avec arrêts

 

 

 

Lundi : départ au-dessus de Prats Balaguer 1 400 m d’altitude (à 30km d’Estavar vers Perpignan) pour rejoindre le Col Mitja

 

Rando raquettes pour tout le monde avec une montée raide, je dirai même mieux « très raide », dans la forêt jusqu’à l’Orri de bergers où une partie du groupe choisit de lézarder au soleil pendant que le reste s’engage dans le couloir qui monte au Col, entouré du Puig Rodon et du Gallinàs, de l’autre côté c’est le refuge de La Carança. La descente est plus douce par la vallée de la Riberole. Avec un peu de temps nous aurions pu aller nous délasser aux bains de Saint-Thomas !

 

Jusqu'à l'Orri  11,6km  700 dénivelé      4h22 avec arrêts

 

Col Mitja        13,2km  1 020 dénivelé   6h avec arrêts

 

 

 

Mardi : départ du parking de la station de ski du Puigmal d’Err 2 030 m d’altitude (fermée depuis 2014), le 2ème sommet le plus haut du département après le Carlit, à 2 910 m.

 

Aujourd’hui deux groupes partent ensemble mais sur des supports différents : ski de rando et raquettes. Montée dans la forêt par les pistes avec un bon enneigement. Lorsque la forêt se termine nous arrivons sur les crêtes et le vent siffle. Les raquetteurs se posent à une cabane des anciens perchamn, les skieurs montent au sommet de la station, ligne frontière avec l’Espagne. L’objectif du sommet est remis à un autre jour, faute de neige balayée par le vent.

 

Jusqu’à la cabane     10,5 km   696m dénivelé   3h54 avec arrêts

 

En haut de la station 13km       880m dénivelé   5h30 avec arrêts

 

 

 

Mercredi : départ du col du Puymorens pour atteindre la Portella de la Coma d'en Garcia 2534m ; certains iront à la Tosa Rodona et d’autres iront de bosse en bosse jusqu’ au sommet

 

de la Coume d’Or

 

Tosa Rodona 2601m   12,6km   695m dénivelé   6h11 avec arrêts

 

Puig de la Coma d'or  15,6km  910m dénivelé

 

 

 

Jeudi : nous faisons les touristes, direction le sanctuaire de Nuria 2 000 m d’altitude, en Espagne

 

Nous prenons la route jusqu'à Ribes de Freser (50 km d’Estavar), un arrêt café où les hommages à Killian Jornet et Nuria Picas sont légion. C’est ensuite par le train à crémaillère que nous rejoignons Nuria, 40mn plus tard. Dans cette vallée, saint Gilles serait arrivé de Provence aux alentours de l'an 700, aurait sculpté une image de la Vierge et caché cette statuette dans une grotte alors qu'il était obligé de fuir la vallée. Découverte en 1072 par un pèlerin, il y construit un refuge pour accueillir les bergers et les prochains pélerins. Une tradition veut que les femmes souhaitant la fertilité mettent la tête dans la marmite de St Gilles et sonnent la cloche. Nous montons ensuite par la télécabine Coma del Clot (auberge de jeunesse). Sur ce promontoire, face au col de Finestrelles, nous découvrons beaucoup de chemins de rando et donc des idées de prochains séjours ! Retour par route via La Molina (station de ski espagnole), balade à Puigcerda et retour au châlet.

 

 

 

Vendredi : départ station de ski Grau Roig en Andorre – 2 103 m d’altitude

 

Arrivés à 8h30 nous apprécions les pistes damées, sans skieurs, qui nous permettent de nous rapprocher de nos circuits : le Cirque des Pessons pour les raquettistes et le Pic de Montmalus pour les skieurs de rando. En raquettes, c’est une belle boucle dans ce cirque glaciaire parsemé de lacs gelés où le GR7 termine son parcours depuis le Ballon d’Alsace. En ski progression difficile au départ dans des bosses gelées avec quelques conversions acrobatiques, puis terrain plus facile jusqu’ au sommet ; vues superbes sur sierra de Cadi, sommets andorrans et Coume d’ or ; descente presque idéale…..

 

 

 

Cirque des Pessons   9,32 km  457m dénivelé 4h32 avec arrêts

 

Pic de Montmalus     10 km    700m dénivelé  4h32 avec arrêts

 

 

 

Pour finir le séjour en beauté nous mettons les pieds sous la table d’ « El Bistro de Llivia » d’où nous sortons rassasiés…

 

Samedi matin grand ménage pour chouchouter ce châlet où Martine et Guy ont su si bien nous accueillir, au plaisir de le retrouver !